Quand et pourquoi consulter une conseillère conjugale ?

Le conseil conjugal est une aide précieuse pour toute personne rencontrant
des difficultés personnelles, conjugales ou familiales.

Les besoins

Problèmes de couple, manque de communication, conflits, infidélité, violences, difficultés sexuelles, souffrances, deuils, séparation… les motifs de consultation peuvent être variés. Le conseil conjugal apporte soutien thérapeutique et réflexion pour amorcer un changement, sortir de la crise et évoluer.

Quand consulter une conseillère conjugale - Ghislaine Meyer
  • Problèmes personnels​
  • Un deuil à faire ou un deuil ancien
    et non cicatrisé (décès d’un être cher, IVG, licenciement, départ à la retraite, départ des enfants, ménopause…)
  • Une maladie difficile à gérer, invalidante, chronique, pour soi ou pour un proche
  • Un déménagement
  • Une déprime, dépression, solitude, ennui
  • Un problème de confiance en soi
  • Une dépendance affective ou à un produit
  • Une maltraitance autour de la violence physique, verbale, psychologique, sexuelle, financière
  • Des difficultés à rencontrer quelqu’un, à stabiliser ou construire une relation
  • Peur d’être rejeté(e) dans son identité sexuelle
  • Des rapports compliqués avec des parents trop proches ou trop absents.
  • Des difficultés relationnelles et/ou émotionnelles
  • Problèmes de couple
  • La relation, comment la nourrir et mieux exprimer son amour à l’autre
  • La communication, manque de dialogue, difficultés à exprimer ses émotions, son ressenti
  • Les conflits, disputes, cris, tensions, crises
  • Les violences
  • La sexualité
  • L’infertilité
  • La contraception
  • Les infections ….
  • L’infidélité, des relations extraconjugales
  • L’interruption Volontaire de Grossesse (IVG)
  • La maladie
  • L’argent
  • La répartition des tâches
  • Le travail
  • Les loisirs
  • La séparation, l’accompagner pour la vivre en conscience, avec respect et bienveillance
  • Problèmes familiaux
  • Un désir d’enfant, infertilité
  • Une grossesse difficile
  • Un accouchement difficile
  •  Une difficulté autour de la fonction parentale
  • Une maladie ou le handicap d’un enfant
  • Le deuil d’un enfant
  • Une difficulté́ relationnelle dans la fratrie ou entre parents et enfants
  • Des difficultés éducatives (conflits autour de l’éducation)
  • Des difficultés scolaires ou d’apprentissage
  • Une famille recomposée
  • Une cohabitation difficile
  • Des difficultés avec les grands-parents, les belles-familles
  • Une séparation, un divorce, comment accompagner les enfants et rester un couple parental respectueux

Le Conseil Conjugal et Familial

La particularité du conseiller conjugal et familial ou de la conseillère conjugale et familiale est comparable à celle du médecin généraliste. Ses compétences sont larges et il a tous les outils en main pour prendre en charge toutes les souffrances et les soulager.

L’écoute compatissante et la parole respectueuse vont permettre à ses patients de prendre de la hauteur pour réfléchir, comprendre et donner du sens à ce qu’ils traversent, afin de dépasser les crises de la vie.

Faire circuler la parole, identifier les blessures profondes, les nettoyer, va permettre changement, apaisement et transformation, pour des relations plus saines, plus heureuses et plus épanouies.

Comme le médecin généraliste, le conseiller conjugal sait orienter, si besoin, vers les spécialistes nécessaires.

Il exerce en cabinet libéral mais aussi en milieu associatif, hospitalier (centres d’Orthogénie (IVG)), dans les Centres de Planification ou d’Education Familiale (CPEF), dans les établissements…(EICCF), ainsi que dans les centres sociaux mis en place par les mairies ou départements.

Il a reçu une formation centrée sur l’écoute et l’accompagnement psychologique, pendant deux à trois ans. Celle-ci est dispensée par des organismes agréés par l’Etat et validée par le ministère des Affaires sociales. Le conseiller conjugal et familial s’engage à une analyse de sa pratique (supervision) et à une actualisation de ses connaissances. Il est tenu au secret professionnel.

« Le conseil conjugal et familial exerce des activités d’information, de prévention et d’éducation à la vie relationnelle, affective, sexuelle et familiale, par des animations auprès de groupes et des entretiens individuels. Dans des situations de difficulté conjugale, parentale ou familiale, il « tient conseil » avec la ou les personnes en demande lors des consultations-entretiens. »

(Extrait du rapport remis à Madame Nicole Ameline le 21 septembre 2014)

Le Conseil conjugal en 4 questions concrètes

Quelle est la différence entre une conseillère conjugale et une psychologue ?​

Toutes les deux sont des thérapeutes puisqu’elles prennent en charge la souffrance. Toutes les deux travaillent avec la parole et l’écoute. Voici leur différence :

La psychologue est spécialisée dans l’accompagnement des dysfonctionnements psychiques de l’individu. Elle est en capacité de faire des diagnostics et des évaluations psychologiques. Elle travaille surtout sur le passé et sur l’inconscient ; elle met davantage en œuvre l’analyse et l’interprétation. La psychothérapie suppose un engagement personnel profond, dans la durée.

Le conseil conjugal s’apparente plutôt à la famille des thérapies brèves. Tout en prenant en compte les phénomènes inconscients individuels et groupaux, la conseillère conjugale va travailler davantage dans l’ici et maintenant et apporter un soutien concret et pro-actif dans les difficultés relationnelles et émotionnelles du quotidien. Les entretiens avec une conseillère conjugale, peuvent être ponctuels ou s’inscrire dans un travail régulier de quelques mois. Ces entretiens supposent également un investissement personnel authentique.

Quelle est le rôle de la conseillère conjugale ?

Elle crée un espace de parole et d’écoute pour aider à rétablir le dialogue entre deux personnes qui ne savent plus s’écouter ou se comprendre. Elle aide à faire circuler la parole, à faire entendre les non-dits, les frustrations, les doutes, le chagrin qui se cache sous l’agressivité. Elle permet une prise de hauteur pour pouvoir prendre, si nécessaire, des décisions avec plus de lucidité.

Notre rôle n’est ni de réparer le couple, ni de le séparer, ni de donner des conseils. Le titre de la profession porte ici à confusion. Une conseillère conjugale « tient conseil » plutôt qu’elle ne conseille. Elle réfléchit avec les personnes qui viennent en consultation pour trouver avec elles des pistes concrètes de solution et d’amélioration.

Il suffit souvent d’une tierce personne, neutre, bienveillante et professionnelle, pour faire repartir le dialogue et apporter un nouveau souffle de changement et de transformation positive. Oser tenter la démarche est le pas le plus difficile à faire. Faites-le pas ! Osez ! Vous avez beaucoup à y gagner !

Quand consulter et qui choisir ?

Lorsque l’on traverse une crise dans sa vie personnelle, de couple ou de famille, et plus généralement, lorsque l’on se trouve confronté à une difficulté que l’on ne parvient pas à surmonter soi-même, consulter est le premier pas vers le mieux-être.

Si la crise paraît ponctuelle, s’il s’agit d’une difficulté bien circonscrite sur laquelle on a besoin de l’éclairage d’un professionnel, si l’on ne souhaite pas a priori s’engager dans un travail de longue durée, le recours au conseil conjugal et familial est parfaitement indiqué.

Si nécessaire, ce sera ensuite à la conseillère conjugale d’évaluer avec vous s’il lui parait utile d’aller plus loin et de vous orienter vers une psychologue, pour un accompagnement individuel encore plus en profondeur.

Peut-on venir consulter seul(e) pour une difficulté conjugale ?

Oui, il est possible de venir parler seul(e) si l’autre refuse de faire la démarche, s’il en a peur, s’il ne voit pas le problème ou s’il pense que celui-ci ne vient pas de lui. En effet, même de cette manière, on peut faire avancer les choses.

On peut aussi rencontrer un conseiller conjugal si l’on vit seul(e).  Car ne pas vivre en couple ne préserve pas des turbulences de la vie relationnelle et affective. Difficultés à rencontrer quelqu’un, peur d’être rejeté à cause de son orientation sexuelle, enfants à élever seul(e) après une séparation sont autant de sujets de consultation.

Mieux se connaitre, mieux se comprendre soi-même, mieux s’estimer, mieux s’affirmer dans ses choix, est un puissant facteur de changement pour soi, mais aussi pour l’autre. Si l’un des deux partenaires bouge, c’est tout le couple qui est contraint d’évoluer et c’est bien le but recherché.